morceaux

play

Transcrire

Auditorium du conservatoire de Gonesse

Transcription : arrangement d'une œuvre musicale pour un ou plusieurs instruments ou voix, autres que ceux pour lesquels elle a été écrite. (Le petit Robert)

« Un concert comme un jeu de miroirs – qui transcrit quoi ? et surtout qui compose ? A quelle époque –
Nous avons souhaité réunir, sous l'éclairage particulier de la transcription, une quarantaine de musique et passer commande à dix compositeurs. Plus qu'un simple exercice d'écriture (ou de réécriture), il s'agit pour le compositeur de prendre place dans l'histoire de la musique, mais aussi il s'agit pour lui de l'écouter autrement, de transformer dans le même temps notre écoute, et peut-être pour nous, auditeur, de comprendre certains enjeux de la création aujourd'hui.
Nous imaginons qu'il pourrait en être de ce concert comme d'une sorte de festin où l'on proposerait mille et une façon d'entendre, où le passé et les années actuelles finiraient par se confondre, se répondre, interagir. Trois courts concerts d'environ quarante minutes ponctuent la soirée, chacun construit autour de regroupements singuliers (l'Offrande musicale de J.S. Bach, un lied de F. Schubert associé au premier mouvement des variations opus 27 d'A. Webern), mais aussi de techniques d'écriture proprement dites (le filtrage, l'anamorphose), ou encore de genres musicaux établis (la musique populaire, la musique extra européenne, la Valse) » Jérôme Combier

« La transcription recèle trois questions : celle de la reconnaissance de l'original, et donc celle de la fidélité minimale ou de la trahison maximale en deçà ou au-delà de laquelle il n'y a plus lieu de parler de transcription ; celle de la fin qu'elle sert, des besoins auxquels elle vient répondre - réduction, glorification, critique, appropriation, etc. – ce qui suppose, dans chaque cas, de faire passer l'original à travers un filtre particulier ; celle enfin de la nature de ce que l'on transcrit – œuvre, fragment d'œuvre, mélodie populaire –
Afin de n'ignorer aucune de ces questions, nous avons imaginé un concert en trois parties, un prologue-épilogue, une péroraison et deux intermèdes sans musique. La première partie est consacrée à la transcription comme transformation, filtrage, anamorphose – elle pose la question de la différence d'avec l'original et des manières dont cette différence se compose. La seconde partie propose plusieurs transcriptions d'un même original, disposé en vis-à-vis de ses « autres » – elle pose la question de la fidélité à ce que l'on croit être le propre d'une œuvre originale et qui s'avère, à chaque fois, différent. La troisième partie étend l'objet de la transcription aux non-œuvres : chanson populaire, air d'opéra, antienne de plain chant. Le prologue qui est aussi l'épilogue est un pot-pourri de transcriptions minuscules (aucune ne dure plus de quelques secondes). Enfin, la péroraison est une version musicale du téléphone arabe, chaque nouveau morceau transcrivant le précédent. » Bastien Gallet

suivant

Auditorium Coulanges

infos 4 rue Saint Nicolas
95500 Gonesse
PT 6€
TR 5€
Enfants et groupes 2.50€