morceaux

play

GONE

Jérôme Combier

GONE

Ensemble Cairn

Label Aeon

2016

 

Il y a des musiques qui affirment et triomphent. D’autres suggèrent une distance, un voyage en douceur vers les lointains. Jérôme Combier est de cette race vagabonde. Sa musique plonge le spectateur dans une atmosphère profonde et raréfiée, dense d’apparitions multiples, fantomatiques, qui libèrent l’imagination. Ici ou là une ligne d’ombres s’immisce entre les voix réelles, comme venue de nulle part. D’emblée, la musique de Combier ruine les repères de hauteurs, les distinctions entre sons, souffles et frottements, creusée par l’électronique, et étroitement connectés à des pluies de sables, à des rumeurs de vent… L’électronique a cette fonction. Elle érode le sonore porté par les instruments, elle dilue harmonies et échelles dans des saturations douces, des sons chargés de grain. Les oeuvres réunies dans cet album nous plongent dans une lueur diaphane. Elles sont servies par le nec plus ultra de la musique de notre temps.

FURIA

Raphaël Cendo

FURIA

Ensemble Cairn – Guillaume Bourgogne

Label Aeon

2012

 

La musique de Raphaël Cendo nous saisit à bras le corps ou plus précisément capte tous nos sens ! Sa biographie est une légende. A la sortie du Conservatoire National Supérieur et de Danse de Paris, le jury n’osa pas lui accorder toute sa légitimité. L’institution ne lui délivra qu’un second prix mais sa musique était déjà première. Il avait tourné le dos à ses pairs depuis bien longtemps, il choisit les chemins de traverse au risque d’être incompris. La radicalité de sa pensée s’imposa, il inventa la saturation. Le principe de cette musique est « une mise en échec de la limite, grâce un excès d’énergie. » Libérer l’énergie instrumentale, amener le corps de l’interprète dans le champ de la composition, faisant du concert non plus une simple représentation désaffectée mais un acte musical premier, un rituel sonore où l’interprète est l’officiant. Celle-ci exige des interprètes une virtuosité folle. Le son est métamorphosé. Il ne s’agit plus de prévoir mais de se perdre, il ne s’agit plus d’organiser mais de se frayer un chemin dans un monde instable, sauvage et inconnu, autant pour celui qui l’écrit, que pour celui qui la joue et pour celui qui la reçoit.

LIEU & NON-LIEUX

Thierry Blondeau

LIEU & NON-LIEUX

Ensemble Cairn – Guillaume Bourgogne

Label Aeon

2009

 

La musique de Thierry Blondeau peut se caractériser par une construction audible de données acoustiques, spatiales et instrumentales, préoccupations qui l'amènent en plus des concerts à la conception d'actions "in situ" voire interactives.

Thierry Blondeau conçoit également depuis 2000 des pièces à destination des musiciens de tous niveaux, afin de rendre les créations musicalement exigeantes accessibles dès l'apprentissage.

Les trois pièces réunies sur cet enregistrement constituent un cycle. Non-Lieu I, un solo de guitare, Non-Lieu II un duo de violoncelle et clarinette, Lieu I une pièce pour 9 instruments. Non-Lieu III devait être un trio réunissant guitare, clarinette et violoncelle. Ce trio apparaît finalement dans Lieu I, constituant un des groupes placés dans l'espace autour du public, une pièce dans la pièce.

VIES SILENCIEUSES

Jérôme Combier

VIES SILENCIEUSES

Ensemble Cairn – Guillaume Bourgogne

Label Aeon

2007

 

Vies silencieuses est étroitement lié à la Villa Médicis pour laquelle j'ai imaginé ce projet dès 2003 et où , en définitive, je l'ai réalisé durant les années 2004-2006. Ces «vies» m'auront été soufflées avant tout par des univers picturaux d'artistes bien différents. Pourtant il m'a semblé reconnaître en chacun d'eux quelque chose qui me parlait ouvertement et qui faisait écho à mes préoccupations de compositeur. Ce que je nommerais : la patience, «l'usage du monde», l'apparition et l'effacement.

PAYS DE VENT

Jérôme Combier

PAYS DE VENT

Ensemble Cairn – Guillaume Bourgogne

Label Motus

2005

 

Il y a chez Jérôme Combier la volonté obstinée et secrète d’entretenir un état de tension latent ou manifeste et de ressusciter en permanence un geste musical qui s’inscrit entre déchirure et effleurement comme dans ce jeu de biwa où l’instrumentiste percute violemment de son plectre les cordes de son luth pour en tirer l’instant d’après des sonorités soyeuses et apaisées…