morceaux

play
suivant

Soirées singulières - 20 ANS ! Orléans

Projet

En 2018, l'Ensemble Cairn fête ses 20 ans et pour cette occasion, imagine une série de concerts et de manifestations artistiques, sonores mais pas seulement, qui retrace à la fois les années de son histoire et témoigne de son engagement actuel dans la démarche de création. L’envie de fêter ces vingt années de cheminement est une manière d'effectuer un temps d'arrêt en guise de mise au point, mais aussi de rassembler autour de l’ensemble les artistes avec lesquels construire un avenir (qui dure longtemps).

 

Fidèle à ses convictions, Cairn organise divers événements impliquant des pratiques artistiques variées et regroupant des artistes qui lui furent et lui sont encore fidèles : la littérature avec Sylvain Coher et Joy Sorman, les arts plastiques avec Raphaël Thierry, la danse avec Alban Richard. De nouvelles rencontres parsèmeront également ces soirées : avec le circassien Sylvain Julien, avec le photographe Tadzio et avec des musiciens jazz du Tricollectif, Florian Satche et Gabriel Lemaire, mais aussi Jozef Dumoulin et Bruno Chevillon.

 

Intitulée Les soirées singulières, cette série d’événements se déroulera sur trois jours à la Scène nationale d’Orléans entre le 21 et le 23 novembre 2018 et au Théâtre de Vanves les 13 et 14 décembre 2018.

 

Programme

Les Soirées Singulières de l’Ensemble Cairn invite les publics à fêter ces 20 années de création et d’engagement artistique en assistant au Théâtre d'Orléans à 5 concerts et 5 projets pluridisciplinaires répartis sur 3 soirées.

 

Mercredi 21 novembre 2018

 

PORTRAIT SINGULIER

concert-solo de Caroline Cren (piano)

Musique de G., J. Combier, H. Lachenmann, F. Pattar, K. Naegelen

 

TOTEM DI SABBIA

performance de Raphaël Thierry (plasticien) et Sylvain Lemêtre

 

PETITE OBSCURITE

concert de musique de chambre. Musique de Colin Roche, Jérôme Combier,

Gérard Pesson, Noriko Baba, Frédéric Pattar et Michel Petrossian

 

Jeudi 22 novembre 2018

 

DIALOGUE SINGULIER

Rencontre Ensemble Cairn et Tricollectif. Duo double Ayumi Mori (clarinette) / Florian Satche (percussions) et Fanny Vicens (accordéon) / Gabriel Lemaire (saxophone)

 

FACING (cycle Ascoltando)

concert-lecture à partir du livre de Sylvain Coher, Facing. Avec le comédien Jean-Claude Bonnifait Musique de Rebecca Saunders, Steve Reich, Pascal Dusapin

 

Vendredi 23 novembre 2018

 

PORTRAIT SINGULIER

concert-solo de Frédéric Baldassare (violoncelle)

 

TOUCH ME LIGHTLY - Musicall Humors of Captain Tobias Hume

Duo Alban Richard (chorégraphie, danse) et Frédéric Baldassare (viole de gambe)

Musique de Tobias Hume & Jérôme Combier

 

CONDITIONS DE LUMIERES

Concert d’ensemble dirigé mise en espace photographique par le photographe Tadzio.

Direction Guillaume Bourgogne, violon solo Elissa Cassini (violon solo)

Musiques de Jérôme Combier, Tristan Murail, Yan Maresz (Metallics pour trompette et électronique)

 

 

Distribution


Musiciens de l’Ensemble Cairn

 

Cédric Jullion : flûte

Ayumi Mori : clarinette

Sylvain Lemêtre : percussions

Cécile Brossard : alto

Frédéric Baldassare : violoncelle

Pablo Tognan : violoncelle

Caroline Cren : piano

Christelle Séry : guitare

Fanny Vicens : accordéon

André Feydy : trompette

Léo Marillier : violon

Guillaume Bourgogne : direction musicale

 

Artistes invités

 

Jean-Claude Bonnifait : comédien

Elissa Cassini : violon solo

Sylvain Coher : écrivain

Gabriel Lemaire : saxophone (Tricollectif)

Alban Richard : chorégraphie

Colin Roche : compositeur

Florian Satche : percussions (Tricollectif)

Tadzio : photographie, vidéo

Raphaël Thierry : performance

 

Avec la collaboration des étudiants de l'Ecole d'Art et de Design d'Orléans

 

Equipe

 

Jérôme Combier : Direction artistique

Raphaël Bourdier : Coordination et administration

Perline Feurtey : Coordination et actions culturelles              

Sébastien Naves : Régie son

Sylvaine Nicolas : Régie technique            

 

Biographies des artistes

 

Raphaël Thierry, peintre, performer

Raphaël Thierry grandit dans le sud de la France, près d’Avignon. En 1990, il s’installe à Paris où il étudie les arts graphiques à l'Académie Julian. Sorti dragon d'or de l'École supérieure d'arts graphiques Penninghen en 1994 et lauréat d'une bourse comme pensionnaire de la Villa Médicis en 2005 et 2006, il se consacre depuis exclusivement à son activité de plasticien. Il réalise de multiples expositions et performances tout en déclinant sa pratique artistique sous plusieurs identités. Il collabore depuis de nombreuses années avec l'écrivain et philosophe Federico Nicolao avec lequel il publie en 2004 un premier ouvrage: La Medesima Ombra. Au cours de son séjour à l'Académie de France à Rome, il fait la connaissance du compositeur Jérôme Combier avec lequel il signera plusieurs performances plastiques lors de concerts du cycle Vies Silencieuses. En 2008, il crée avec Christian Volckman le binôme ©® et le projet THEFLOW à l'origine d'une série d'expositions thématiques fruit de leur collaboration artistique. En 2010, il réalise les tableaux et la vidéo pour la pièce " Lulu-une tragédie monstre" mise en scène par Stéphane Braunschweig au Théâtre national de la Colline.

Raphaël Thierry vit et travaille entre Paris et Avignon.

 

Le Tricollectif

En un mot. Sans tiret, sans poubelles jaunes. Avec un étendard, une bannière, une chiasse-tague, <4-5 DANS MON CŒUR, 4-5 FOR EVER>. Héritière d’un johannisme libertaire, l’association décide de s’inscrire dans une ligne dure : artisanat musical, rencontres, rencontres de tout bord, rencontres encore, défrichages, valse des étiquettes, et quelques partenariats publics-privés bien sentis quand il faut pour pouvoir emmener tout le monde en vacances une fois revenus les beaux jours et cette insondable légèreté de l’être offerte par les rayons du soleil sur notre épiderme en quête de vitamine C.

 

Sylvain Coher, écrivain

Écrivain, né en 1971 à Suresnes. Vit à Paris et à Nantes. Intervient depuis 2001 lors de rencontres, lectures publiques et ateliers d’écriture. Pensionnaire à la Villa Médicis en 2005-2006, il conçoit plusieurs projets scéniques et musicaux avec le compositeur Jérôme Combier. Participe en 2007 au festival d’art lyrique d’Aix en Provence (Ateliers « Opéra en Création » sous la direction de Pascal Dusapin), puis en 2010 pour un premier aperçu de l’opéra Hypothèse autour du grand amour , avec le scénographe Pierre Nouvel et la comédienne Chloé Réjon. Auteur associé du Théâtre de l’Arpenteur (35) en 2008, puis du festival de jazz ‘Banlieues Bleues’ en 2009 et du Centre de Culture Populaire de Saint-Nazaire (44) jusqu’en 2013. Résidence de création en 2010 à l’Abbaye de Fontevraud pour la commande d’un texte destiné à être lu, chanté et accompagné d’une pièce musicale : « Les Voix moniales ». Résidence de création à la

Villa La Marelle (Marseille) en 2014 et 2015 pour l’écriture d’un cycle de trois livrets ‘Les Cantates Policières’, à la demande de l’ensemble Musicatreize et l’Opéra de Marseille, pour trois compositeurs. Mise en scène : Sybille Wilson. Commande de texte pour les 30 ans du festival de jazz « Les Rendez-vous de l’Erdre » en 2016.

Membre du jury « Étonnants voyageurs » depuis décembre 2015. Membre de la commission « roman » du Centre National de Livre (CNL) depuis 2016.

Sylvain Coher est compagnon de longue date de Jérôme Combier. Il se rencontrent à la Villa Médicis en 2005. Ensemble, ils imaginent en 2008 un opéra, Hypothèse autour du grand amour, et participent à une série d'Ateliers organisés par le festival d'Aix-en-Provence et le réseau ENOA. Ils travaillent avec Pierre Nouvel sur ce projet et sont invités en résidence à Aix-en-Provence, à Bergen, à Munich. Le projet n'aboutira pas toutefois. En 2015, Sylvain Coher et Jérôme Combier se retrouvent également en résidence à l'abbaye de Fontevraud pour l'écriture d'un projet radiophonique intitulé Les moniales. Puis en 2012, avec l'ensemble Cairn, ils imagine une soirée lecture et musique à l'Atelier du Plateau (Paris 19) sur le livre Facing.

 

Jean-Claude Bonnifait

Jean-Claude Bonnifait est né en 1953.

Après des études d'histoire de l'art et de lettres modernes il suit une formation d'acteur au cours Florent, à Paris, tout en menant des stages de danse contemporaine.

En 1978 il est engagé successivement par Robert Hossein dans « Notre-Dame de Paris » et par Maurice Béjart dans

« Casta Diva ».

Désireux de mener un travail de troupe, il joue plusieurs années au Théâtre 95 ( Cergy ) dans des mises en scène de Joël Dragutin, dont la pièce « La baie de Naples », qui tournera avec succès jusqu'à Moscou et New-York.

Il crée avec Xavier Durringer « Une petite envie de tuer sur le bout de la langue... », travaille tour à tour avec Robert Cantarella et Adel Hakim au théâtre des Quartiers d'Ivry.

Il est l'interprète de plusieurs créations de Patrick Haggiag, de David Ayala, joue dans des pièces de Shakespeare mises en scène par Jean-Claude Fall au C.D.N de Montpellier, et plus récemment dans deux créations de Pierre-Marie Baudoin au théâtre Sylvia Monfort, et dans « Annabella – Dommage qu'elle soit une putain » mise en scène par Frédéric Jessua au théâtre de La Tempête.

Il travaille également pour la télévision, notamment dans

« L'école du pouvoir » réalisé par Raoul Peck et dans la série « Braquo ».

Il enregistre diverses dramatiques radiophoniques pour France Culture et France Inter avec Marguerite Gateau , Juliette Heymann, Benjamin Abitan.

Il est l'auteur du texte « Glissades » représenté en 2018 à La Loge ( Paris) et au festival de Roussillon.

 

Alban Richard, chorégraphe

Parallèlement à des études musicales et littéraires Alban Richard rencontre la danse contemporaine. Il sera interprète entre autre pour Odile Duboc, Christine Gaigg, Olga de Soto et Rosalind Crisp.

Il fonde l’ensemble l’Abrupt en 2000 et crée un répertoire d’une trentaine d’œuvres. Son écriture est processuelle, tramée de plusieurs partitions – pour la danse, la musique, la lumière et les costumes.

Depuis sa création, l’ensemble l’Abrupt a été en résidence au Théâtre de Vanves, au Centre National de la Danse de Pantin, au Forum du Blanc-Mesnil, au Théâtre Louis Aragon de Tremblay-en-France, à la Scène Nationale d’Orléans, au Prisme centre de développement artistique de Saint-Quentin-en-Yvelines, au Théâtre National de Chaillot, au Théâtre Paul Eluard (tpe) à Bezons puis au Théâtre 71, scène nationale de Malakoff. En lien avec le monde musical, il collabore avec l’ensemble Alla francesca, les Talens Lyriques, les Percussions de Strasbourg, les ensembles Instant Donné, Alternance, l’IRCAM, et les compositeurs Laurent Perrier, Raphaël Cendo, Jérôme Combier, Robin Leduc…

Alban Richard est également un artiste de commandes. Depuis quelques années des installations-performances ont été déposées au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, au Musée du Louvre, au Musée du Quai Branly, au Musée Guimet, à la Abu Dhabi Art Fair…

En septembre 2015, Alban Richard prend la direction du centre chorégraphique national de Caen en Normandie.

 

Tadzio, photographe, vidéaste

C’est lors d’un séjour de plusieurs mois à Bangkok que Tadzio découvre l’univers des mégapoles. Ayant grandi à Paris, où l’histoire imprègne chaque bâtiment, le caractère impersonnel et écrasant des villes asiatiques modernes l’a profondément interpellé. Depuis, il parcourt les villes en quête d’architectures qu’il met en regard d’un monde en mouvement. Mouvement et écoulement du temps sont omniprésents dans ses photographies et ses vidéos, comme un questionnement sur la fragilité de la vie. Il est représenté à Paris par la galerie Jean Brolly.

Il vit à Paris ; son atelier est à Montrouge.

 

Jérôme Combier, compositeur

Jérôme Combier est compositeur et directeur artistique de l’ensemble Cairn. Diplômé du CNSM de Paris dans les classes de composition (Emmanuel Nunes), d’orchestration et d’analyse musicale. Maîtrise —Le principe de variation chez Anton Webern— à l’université de Paris VIII, Saint-Denis, sous la direction d’Antoine Bonnet, études de l'informatique musicale (Ircam, Philippe Leroux). Pensionnaire à la Villa Médicis, Prix de la Fondation Bleustein-Blanchet, Prix Pierre Cardin de l’Académie des Beaux-Arts. Jérôme Combier travaille régulièrement à l’Ircam (Stèles d’air, Gone, Dawnlight). Voyage au Japon (Akiyoshidaï international Art Village), au Kazakhstan et en Ouzbékistan (conservatoires de Tashkent et d’Almaty). En 2008 il est professeur pour la session de composition de l’Abbaye de Royaumont. En 2005, il imagine Vies silencieuses avec le peintre Raphaël Thierry et en 2008, l’installation Noir gris  avec le vidéaste Pierre Nouvel pour l’exposition Beckett au Centre Georges Pompidou. Il écrit Stèles d’air pour l’Ensemble Intercontemporain dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. Sa musique est jouée au Louvre dans le cadre du cycle « Le Louvre invite Pierre Boulez ». En 2011, avec Pierre Nouvel et Bertrand Couderc, il adapte pour la scène le roman de W.G. Sebald , Austerlitz, crée au Festival d’Aix-en-Provence et à l'Opéra de Lille . En 2012, il écrit l’opéra Terre et cendres avec Atiq Rahimi, commande de l'Opéra de Lyon. Il travaille avec Orchestre National de France, Orchestre National de Lyon, de la BBC Pays de Galles, avec les ensembles Ictus, Recherche, 2e2m, Accroche Note, Utopik, San Francisco Contemporary Music Players.Il donne des masterclass à l'Université de Berkeley (San Francisco), aux conservatoires d'Anvers, de Liège, de Lugano, à l'abbaye de Royaumont, à l'université Unesp de Sao Paulo et McGill de Montreal. .

La musique de Jérôme Combier est publiée aux éditions Lemoine et Verlag Neue Musik (Berlin) et enregistrée par les labels Motus et Æon (Vies silencieuses - Grand Prix de l’Académie Charles Cros). Jérôme Combier obtient le prix Nouveau Talents de la Sacd. Il est enseignant en création sonore et musicale à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts de Paris-Cergy.

 

Elissa Cassini

 “Assurément communicative” (New York Times), “une soliste puissante et impeccable” (Neue Musik Zeitung), la violoniste franco-américaine Elissa Cassini conquiert son publique dans un répertoire aussi vaste qu’éclectique juxtaposant le classique et le contemporain. Elle interprète les concertos du repertoire tels Beethoven, Berg et Schumann sous la direction de Jean-Philippe Tremblay et Sibélius sous la direction de Jesus Medina ainsi que des oeuvres plus récentes telles le concerto “American Four Seasons” de Philip Glass. C’est lorsque Pierre Boulez l’invite au festival de Lucerne en 2009, qu’Elissa se passionne pour la musique contemporaine, collaborant depuis avec des compositeurs de renomée internationale, comme Beat Furrer, Georg Friedrich Haas, Tristan Murail et Kaija Saariaho. Parmi ses créations, Elissa compte “Conditions de Lumière” de Jérôme Combier, crée en 2017 par les ensembles Cairn et Argento à New York, dirigés par Guillaume Bourgogne et Michel Galante ainsi que par le N.E.M à Montréal. Elissa crée également le concerto d’Anders Eliasson avec l’Arcos Orchestra au Konzerthaus de Berlin, le concerto Op. 116 de Nicolas Bacri avec l’Orchestre de Massy et “d’Aller” de Philippe Leroux avec la Camerata Aberta à Sao Paulo. Diplomée de la Juilliard School et lauréate des “Artists International”, Elissa est présentée en récital au Carnegie Hall à New York où elle se produit également au Zankel, Merkin Hall, Miller Theater et au Park Avenue Armory. Friande de rencontres entre les univers esthétiques, Elissa crée le projet Duplexity, une série de duos virtuoses repoussant les frontières du répertoire. www.elissacassini.com / www.duplexityproject.com

 

Guillaume Bourgogne

Guillaume Bourgogne, chef d’orchestre

Guillaume Bourgogne étudie le saxophone à Lyon, sa ville natale, avant d’entrer au CNSMD de Paris où il obtient le diplôme de formation supérieure en direction d’orchestre dans la classe de Janos Fürst. Aujourd’hui professeur à l'Université McGill (Montréal - Canada) et directeur artistique de l’Ensemble de musique contemporaine de McGill, il est chef principal de l’ensemble brésilien Camerata Aberta (Sao Paulo) depuis 2010 avec lequel il enregistre Water mirror, qui reçoit le prix Bravo ! du meilleur disque de musique classique en 2012. Guillaume Bourgogne est aussi le directeur musical de l’ensemble Cairn (Paris) aux côtés du compositeur Jérôme Combier, avec lequel il grave des disques monographiques récompensés par la critique : Pays de vent (Motus) et Vies silencieuses (æon) de Jérôme Combier ; Lieu & Non-Lieux de Thierry Blondeau ; (æon) Furia de Raphaël Cendo (æon) et Blanc mérité de Gérard Pesson (æon). Depuis 1998, il est invité par des orchestres comme l’Orchestre Gulbenkian (Lisbonne), l’Ensemble TIMF (Corée du sud), l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre national Bordeaux-Aquitaine, l’Orchestre Régional de Normandie et par des ensembles tels que Contrechamps (Genève), L’Ensemble Intercontemporain, Court-circuit et L’Itinéraire (Paris), Soundstreams (Toronto, Canada), Israel Contemporary Players (Tel Aviv, Israël), Mosaik (Berlin) L’Ensemble Orchestral Contemporain (Lyon) ou encore Linéa (Strasbourg). À la tête de ces formations, il donne des concerts dans les grands festivals mondiaux : Musica, Strasbourg ; Présences, Paris ; Manifeste, Paris ; Montréal Nouvelle Musique ; Tage für neue Musik, Zürich ; Märzmusik, Berlin Radar ; Mexico ; Campos do Jordao festival (Brésil) ; Festival d’art lyrique, Aix-en-Provence ; National Forum of Music (Wroclaw, Pologne) ; Tongyeong International Music Festival (Corée) ; Musica Viva, Lisbonne ; Ars Musica (Belgique) ; Darmstadt Ferienkurse (Allemagne) ; Borealis (Norvège) ; Archipel, Genève ; Fondation Royaumont, etc.

Il est également fondateur et directeur artistique de l’ensemble Op.Cit (Lyon), dont la ligne artistique atypique fait dialoguer musique composée et improvisation. Deux albums, Cité Folk (Label Forge) et Pavages pour l’aile d’un papillon (Onze heure onze), sont salués par la presse.

 

Colin Roche, compositeur

Colin Roche est né en 1974. Pianiste de formation, diplômé de Sciences Po, il est aussi titulaire d’une maîtrise de Composition, d’un D.E.A. de Musicologie sur les rapports entre musique et politique, et de deux D.E.M. en Culture Musicale et Composition. Il a notamment été l’élève de Philippe Leroux, puis de Brian Ferneyhough et Luca Francesconi dans le cadre de la Sesson Voix Nouvelles de la fondation Royaumont en 2004. 

 

Il a été lauréat de l’Académie des Beaux-Arts en 2008, de la Fondation Beaumarchais en 2015, et a reçu le Prix Claude Arrieu de la SACEM en 2012.

 

Son travail l’a amené a croiser la route d’ensembles prestigieux : Ensemble intercontemporain, Nouvel Ensemble Moderne de Montréal, Moscow Contemporary Music Ensemble, Ensemble Orchestral Contemporain, Cairn, 2e2m, l’Itinéraire, Multilatérale, les Quatuors Tana, Psophos, Manfred, le trio KDM, ou encore l’Orchestre Nouvelle Aquitaine au sein duquel il a été en résidence entre 2013 et 2015. Il a aussi eu le plaisir de travailler avec de nombreux solistes de renommée, tels Eric-Maria Couturier (violoncelle), Wilhem Latchoumia (piano), Frédéric Stochl (contrebasse), Matteo Cesari (flûte), Nicolas Crosse (contrebasse), Virpi Räisänen (mezzo-soprano), Constance Ronzatti (violon)… Plus récemment, il a commencé à collaborer avec de jeunes ensembles tels Soundinitiative, 20° dans le Noir, et a créé le collectif artisitique Projet Bloom.

 

Multilatérale lui a consacré un CD monographique en 2006, Coup de Coeur de l’Académie Charles Cros et nominé au Grand Prix Lycéen des Compositeurs. D’autres oeuvres ont fait l’objet de parutions discographiques, par le Trio KDM, par le Quatuor Alexander, puis par Constance Ronzatti pour le Printemps des Arts de Monte Carlo. 

 

C’est dans le transdisciplinaire que Colin Roche creuse le plus souvent son sillon : le plasticien Simon Artignan, l’écrivain Sébastien Brebel, avec lesquels il travaille régulièrement, sont des partenaires artistiques de vie. Petites économies de nos pollutions (2004), La robe des choses - installation concertante (2006) ou l’opéra Le carnet de Grim (en cours) en sont les fruits. Particulièrement attentif au geste de l’interprète, à ce qui entoure la forme sonore, mais aussi à l’idée même de l’écriture musicale, son travail gravite autour de quelques figures fortes, tels le poète Francis Ponge, le réalisateur Robert Bresson ou le peintre Roman Opalka. Ainsi ont vu le jour ces dernières années des projets comme la performance Le livre des Nombres (2016), les études de voix Roman au miroir (Sisyphe à ma table) (2017) ou la première de ses études de main, Mouchette (2017). 

 

Ses oeuvres sont publiées par les Editions Jobert - Paris et Maison ONA - Paris.

 


Théâtre d'Orléans

Théâtre d'Orléans

Théâtre d'Orléans