morceaux

play
suivant

L'oreille du roi

Projet

Jeu d'oreille pour un récitant et 6 musiciens

Joël Merah - Italo Calvino

 

L'oreille du roi pourrait se nommer « action musicale » se situant entre le conte musical et le théâtre musical, la pièce radiophonique. Celle-ci est composée à partir du texte d'Italo Calvino (1923 - 1985) « Un re in ascolto » (Un roi à l’écoute) et fut commandée par l'Ensemble Cairn au compositeur français Joël Merah en 2003. L'oreille du roi fait appel à un récitant ici incarné par Jacques Gamblin et 6 musiciens de l'Ensemble Cairn.

 

 Issu d'un recueil de trois contes (« Sous le soleil Jaguar » ed. du Seuil) qui s'attache à explorer trois des cinq sens humains (l’odorat, le goût et l’ouïe), Un roi à l'écoute raconte l’histoire d’un roi cloîtré dans la salle du trône tentant de décrypter les messages sonores qui filtrent à travers les murs de son palais. Un roi qui, par prudence, ne quitte plus son trône et ne connaît de son royaume que les bruits qui montent jusqu’à lui, de plus en plus nombreux, de plus en plus complexes et menaçants. Le château où vit ce roi démuni est une gigantesque architecture où le temps semble ralenti et en quasi-apesanteur. Seule sa perception auditive lui permet une interprétation possible mais pas toujours certaine, de ce qui se passe à l’intérieur et autour du palais.

 

« …Dans le grand lac de silence où tu flottes, se jettent des fleuves d’air agité par des vibrations intermittentes : tu les interceptes et les déchiffres, attentif, absorbé. Le palais n’est que volutes et lobes, une grande oreille où anatomie et architecture échangent leurs noms et leurs fonctions : pavillons, trompes, tympans, colimaçons, labyrinthes, tu es tapi au fond, dans la zone la plus intérieure du palais-oreille, de ton oreille, le palais est l’oreille du roi. »

Programme

La musique s'attache à tisser deux formes de temps très particuliers : Le premier voudrait épouser les contours à la fois naturels et psychologiques du texte par la traduction en sons des espaces évoqués et s'attache à rendre compte d’un certain temps musical, un temps plus ralenti que d'ordinaire, plus étiré et intérieur, mais aussi un temps réel, tangible et pesant, le temps de l’ennui du doute et du lyrisme. La seconde forme de temps de L'oreille du roi s'incarne dans le temps de la danse, du bruit, du fracas voire de la chute.

 

 L’œuvre est composée de plusieurs volets qui articulent entre eux des passages du texte récité en français, des compositions pour formations instrumentales variées (du solo au tutti), des fragments sonores sur bande-son, des arrangements et « collages » de musiques bien plus anciennes, l'omniprésence d'un morceau de Johannes Ciconia (1370-1412) : Una Panthera 

 

Joël Merah 

 

Équipe artistique

 

Récitant : Jacques Gamblin (sous réserve)

Compositeur : Joël Merah

 

Ensemble Cairn

 

flûte : Cédric Jullion 

clarinette : Ayumi Mori 

guitare : Christelle Séry 

piano : Caroline Cren 

alto : Cécile Brossard 

violoncelle : Ingrid Schœnlaub

ingénieur du son : Sébastien Naves 

création lumières : Thomas Leblanc                  



Théâtre d'Orléans