morceaux

play
suivant

Ascoltando - La peau de l'ours / Joy Sorman

Projet

Asoltando est un cycle de lectures musicales d’œuvres littéraires contemporaines. Initié par l’Ensemble Cairn depuis 2012, Ascoltando est d’abord une rencontre, entre des compositeurs, des musiciens, un écrivain contemporain et une œuvre littéraire. En résulte un concert-lecture, interrogeant les rythmes du texte et de la musique et qui propose un croisement nouveau entre les registres lyriques, créatifs et poétiques de l’œuvre littéraire et des compositions musicales. Trois musiciens et un lecteur-comédien racontent ensemble des histoires où s’entremêlent musique et texte, pour proposer à l’auditeur une nouvelle forme de lecture.

 

La formule est toujours la même et se décline selon les créations : un écrivain vivant, une de ses œuvres, un lecteur-comédien (qui peut être l’écrivain lui-même), trois musiciens de l’Ensemble Cairn et un compositeur-coordinateur pour l’adaptation texte – musique.

 

Trois rencontres ont d’ores-et-déjà fait l’objet de trois créations différentes :

 

Mathias Enard, Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, adapté en musique sur des œuvres de GuilielmusSaariaho et Gervasoni.

Christophe Claro, Bunker Anatomie, adapté en musique sur des œuvres de DuffourtRomitelliAndreyerZimmermannTakemitsu.

Sylvain Coher, Facing, adapté en musique sur des œuvres de CombierDusapinSaundersReichSaariaho.

 

D’autres collaborations prennent forme au gré des rencontres, trois projets sont à venir avec les écrivains Pierre Senges, Karin Serres et Joy Sorman.

Programme

La peau de l'ours - Joy Sorman

 

La peau de l'ours est un roman de Joy Sorman, roman en forme de conte, qui explore l'inquiétante frontière entre humanité et bestialité, et convie à un singulier voyage dans la peau d'un ours. L'ours est le narrateur, il vit, parcourt le monde, affronte les hommes, découvre son identité, affronte des orages, des batailles, des rejets, connaît l'amour.

Le livre retrace, sous la forme d'une fable, cette légende occidentale de l'ours (celle de Jean de l'ours, du Roman de Renard, de Godefroi de Bouillon) et remonte aux sources même de l'humanité, depuis ce Haut Moyen Âge jusqu'à la pré-histoire, qui aura fait de l'ours un animal totémique (particulièrement puissant dans les peuplades du Nord de l'Europe), et parfois un sujet de culte animiste (ce que suggèrent les ossements trouvés dans la grotte de Chauvet). Il est un roman, un conte, un document ethnologique, une réflexion sur notre identité perdue.

 

Le narrateur, hybride monstrueux né de l'accouplement d'une femme avec un ours, raconte sa vie malheureuse. Ayant progressivement abandonné tout trait humain pour prendre l'apparence d'une bête, il est vendu à un montreur d'ours puis à un organisateur de combats d'animaux, traverse l'océan pour intégrer la ménagerie d'un cirque où il se lie avec d'autres créatures extraordinaires, avant de faire une rencontre décisive dans la fosse d'un zoo. La peau de l'ours est un roman en forme de conte, qui explore l'inquiétante frontière entre humanité et bestialité, nous convie à un singulier voyage dans la peau d'un ours.

 

L'ours est un mythe fondateur de l'occident. Le très beau livre de Michel Pastoureau, livre si documenté qui retrace l'histoire de l'animal et sa signification, au cours des âge, pour l'homme (rival, image de force, quasi-dieu, bête de foire) est à la source du livre de Joy Sorman. C'est en quelque sorte une manière de relecture, à la source d'un mythe, que propose la Peau de l'ours, celle d'une relation passionnelle venue du fond des âges.

 

"En choisissant un ours plutôt qu'un singe, Joy Sorman évite le mimétisme entre l'homme et la bête, préférant un grand corps solennel et massif qui sait courir et grimper, se tenir debout et défier le monde de ses yeux perçants. Un être majestueux, inquiétant et prédateur sexuel. La force du livre tient également à son mélange de documentaire et de fantastique. Joy Sorman ne laisse rien au hasard ou à l'approximation, ne donne aucune leçon de morale ou d'anthropomorphisme. Mais elle compose un beau chant funèbre, d'une infinie tristesse."        Christine Ferniot-Télérama

                                                                                                                                                          

"Longtemps en Europe le roi des animaux ne fut pas le lion mais l'ours, admiré, vénéré, pensé comme un parent ou un ancêtre de l'homme. Les cultes dont il a fait l'objet plusieurs dizaines de millénaires avant notre ère ont laissé des traces dans l'imaginaire et les mythologies jusqu'au cœur du Moyen Âge chrétien. De bonne heure l'Église chercha à les éradiquer. Prélats et théologiens étaient effrayés par la force brutale du fauve, par la fascination qu'il exerçait sur les rois et les chasseurs et surtout par une croyance, largement répandue, selon laquelle l'ours mâle était sexuellement attiré par les jeunes femmes. Il les enlevait et les violait. De ces unions naissaient des êtres mi-hommes mi-ours, tous guerriers invincibles, fondateurs de dynasties ou ancêtres totémiques."        Michel Pastoureau, L'Ours, éd. Le cercle le Point

 

Trois musiciens de l’Ensemble Cairn accompagneront la lecture du comédien Lionel Tua des musiques de JanáčekBartókSciarrino ainsi que des musiques traditionnelles du massif central et d'ailleurs. Texte et sons s’entremêlent à la manière d’une pièce radiophonique, d’un jeu pour l’oreille.

 

Distribution : 

Ayumi Mori :: clarinette

Fanny Vicens :: accordéon 

Frédéric Aurier :: violon

Lionel Tua :: comédien  

 

 La peau de l'ours est publié aux éditions Gallimard


L'Atelier du Plateau - Paris

L'atelier du Plateau - Paris