morceaux

play

Léo Marillier

Violon

Né en 1995 à Provins, le violoniste Léo Marillier est autant façonné par l’analyse et l’étude que par son instinct. Après un premier cycle au CNSMDP auprès d’Alexis Galpérine, il part au New England Conservatory à Boston se perfectionner auprès de Miriam Fried, avec le soutien de la Fondation Florence Gould. En 2020, il obtient un master de recherche à La Haye dans la classe de Philippe Graffin avec comme sujet les manuscrits de Beethoven. Et enregistre sa version d’après manuscrits du concerto de Beethoven en 2018 avec orchestre, édité chez Cascavelle. Il est entre autres distinctions prix spécial du concours Tchaïkovski pour jeunes musiciens à Séoul, et lauréat de nombreuses fondations telles que Mécénat Musical Société Générale et la Fondation de France. Fasciné par l’alchimie de la musique avec le monde autant que par l’acoustique ou la recherche, il s’efforce de donner corps aux possibilités expressives d’un compositeur, d’une salle, ou de son instrument. Il a pu travailler avec l’Ensemble InterContemporain, 2e2m, les Cris de Paris, et l’Ensemble Cairn, qu’il est ravi de rejoindre, et avec des compositeurs tels qu’Alain Bancquart, Clara Iannotta, Eun-Wha Cho, Oscar Bianchi, Martin Matalon, Florence Baschet, Bernard Cavanna. Titulaire du Diplôme d’Artiste Interprète contemporain au CNSM de Paris en 2019 préparé auprès de Hae-Sun Kang, il a pris part la même année à une intégrale Bartok dans le Quatuor Diotima en remplacement du second violon, Constance Ronzatti, à une tournée en Colombie, puis à l’automne à une tournée avec le quatuor en Europe et Abu Dhabi interprétant Schubert, Beethoven, Berg, et le répertoire contemporain. Léo est sollicité régulièrement pour de nombreuses créations de compositeurs de sa génération, est fondateur et directeur artistique d’Inventio, et a fondé en 2020 le Quatuor Joyce. Léo se consacre également depuis 2015 à la composition. Il joue selon les répertoires un violon Nicolas Lupot de 1811 prêté par un mécène anonyme ou un violon fabriqué en 2016 par sa sœur Juliette Marillier.

suivant