tracks

play

Memento : un livre des matières / Jérôme Combier

next

Project :Memento : un livre des matières / Jérôme Combier

création mondiale du cycle complet

Jérôme Combier, Memento : un livre des matières (2019-2023)


Fumo di pietra (2019)

pour flûte, clarinette, piano et violoncelle

Musica povera 1  

bois, feuilles (Omaggio a Giuseppe Penone)

 

Le ombre delle cose (2020)

pour accordéon, piano, violon et violoncelle

 

Musica povera 2  

pierre et métal (Omaggio a Jannis Kounellis)

 

Luce e polvere

pour flûte, clarinette, trompette

 

Wood and bones (2020)

pour violoncelle

 

Lamiere 

Pour 4 plaques tonnerre

 

Slate circle (Tribute to Richard Long)

pour percussion solo, flûte, clarinette, trompette, accordéon, piano, violon et violoncelle

 

Musica povera 3

Waterlines (Tribute to Richard Long) 

pour flûte, clarinette, trompette, accordéon, piano, violon et violoncelle



percussions | Corentin Marillier
direction | Guillaume Bourgogne

Ensemble Cairn
flûtes | Cédric Jullion
clarinette basse | Ayumi Mori
trompette | André Feydy
accordéon | Julia Sinoimeri - Fanny Vicens
violon | Constance Ronzatti
violoncelle | Alexa Ciciretti
piano | Maroussia Gentet - Caroline Cren

électronique | Etienne Démoulin
création lumière | NN

commande Musica, Noirlac - Centre culturel de rencontre
production Ensemble Cairn
coproduction Musica, GMEM - Centre national de création musicale
avec le soutien de la SACEM, de la SPEDIDAM et de la SACD

Jérôme Combier a bénéficié d’une résidence de travail à la Maison Dutilleux Joy à Candes-Saint-Martin durant l’été 2023.

Les feuilles, la pierre ou le bois, les métaux, le verre ou le sable délivrent des propriétés sonores sur une scène aux allures de grand tableau. La musique — c’est aussi son pouvoir — redonne vie aux objets inertes de la nature morte. Elle les fait sortir du cadre et les porte à notre attention, comme pour mesurer l’écart entre le temps géologique de la matière et le fragile temps de l’humain à l’écoute.

Avec sa dernière création, Jérôme Combier fait écho au courant de l’arte povera et aux artistes Jannis Kounellis, Giuseppe Penone et Claudio Parmiggiani, ainsi qu’au land art de Richard Long. La salle de concert devient une surface sur laquelle gravitent des îlots sonores. La composition comme la disposition des choses font l’œuvre. Au centre du dispositif, un percussionniste fait exister les matières naturelles, et en les manipulant, les projette parmi les instrumentistes qui l’environnent. Ainsi absorbées dans l’écriture et dans l’espace, elles deviennent phénomènes, gestes, mouvements. La musique dès lors s’observe, exposée, sculptée, frottée, caressée, parfois brisée.


:: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

where Festival Musica, Palais des fêtes, Strasbourg (67)

others dates

where GMEM, Marseille (13)

where Festival Les Nouvelles Traversées, Noirlac