morceaux

play

L'ANNONCE FAITE A MARIE

suivant

Projet :L'annonce faite à Marie - opéra de Philippe Leroux

Personnages

Violaine Vercors : Soprano lyrique léger
Mara Vercors : Soprano lyrique
La mère (Élisabeth Vercors) : Mezzo-soprano lyrique Pierre de Craon : Ténor léger
Anne Vercors : Baryton martin
Jacques Hury :
baryton-basse

Effectif instrumental :

8 musiciens + dispositif de sons (déclenchement de fichiers sons).
Flûte, clarinette, trompette, guitare, piano, percussion, violon, violoncelle, à confirmer...

Durée de l’œuvre

Environ 1h30mn.

Opéra en français en 4 actes et un prologue - Philippe Leroux

d’après L’annonce faite à Marie de Paul Claudel, livret de Raphaèle Fleury

Argument

Au Moyen Âge, Violaine, fille d'Anne Vercors, et fiancée à Jacques Hury, rencontre l'architecte Pierre de Craon, qui a autrefois été amoureux d’elle et a, depuis, attrapé la lèpre. Violaine consent à lui donner un baiser d'adieu. Mara, sa sœur, a observé la scène. Elle est elle-même amoureuse de Hury, et va tout tenter pour nuire à Violaine. Au même moment, le père des deux femmes, Anne, annonce subitement son intention d'abandonner le domaine familial pour aller en Terre sainte, en laissant à Jacques Hury la charge de la maison et la main de sa fille Violaine.

À cause du baiser donné à Pierre de Craon, Violaine contracte également la lèpre et, dénoncée par sa sœur, elle est reniée par les siens et abandonnée par son fiancé qui l'envoie dans une léproserie et épouse Mara. Elle se retire, aveugle, dans une forêt et décide de se consacrer à Dieu. Mais, l'enfant né du mariage de Mara et de Jacques meurt. Celle-ci, désespérée, va supplier sa sœur lépreuse pendant la nuit de Noël. Elle ne l'aime pas, mais elle croit que seule sa sœur pourrait obtenir de Dieu un miracle. En effet, Violaine par ses prières ressuscite l'enfant dont les yeux prennent alors la couleur de ses yeux bleus, alors qu'auparavant ils étaient noirs comme ceux de Mara.

Encore plus jalouse, Mara tue Violaine, qui avant de mourir, obtient pour sa soeur le pardon de son père, rentré de Terre sainte, et de son mari. Et, alors que la lèpre de Pierre de Craon est mystérieusement guérie, Mara trouve enfin la paix.

 

Note d'intention de Philippe Leroux

L’idée principale de cet opéra est de créer un lien entre le personnage de Mara et la sœur de Paul Claudel : la sculptrice Camille Claudel. Il y a en effet de nombreuses correspondances entre ces deux êtres, comme par exemple la rivalité et le rejet par la famille, ainsi qu’une authentique lucidité sur la réalité humaine.

Pour cela, je souhaiterais utiliser une lettre provenant de la correspondance entre Camille et son frère Paul, en extrayant de celles-ci (au moyen de la technologie du papier interactif) les données gestuelles issues de la calligraphie de ces lettres, et en les transposant dans le domaine musical. Les mouvements mélodiques et harmoniques, les rythmes, les transformations de timbre et la spatialisation des sons proviendraient de l’écriture de Camille Claudel. Cela permettrait de faire naître les éléments musicaux de la profondeur du geste d’écriture et par cela d’accentuer l’aspect profondément humain de ce drame dans lequel Claudel montre crûment les diverses passions et rivalités amoureuses des deux sœurs, dont l’une est une victime, ainsi que les réactions et parfois la lâcheté des hommes qui les aiment. J’aimerais ainsi mettre en relief le réalisme ancré dans le réel mais aussi la transcendance métaphysique qui peut en résulter.

L’autre aspect particulièrement important pour moi est la qualité éminemment musicale du texte de Claudel, qui s’ajoute bien sur à ses qualités littéraires, à sa force scénique et à sa puissante dramaturgie. Chez lui, le vers libre est calqué sur le souffle et la pulsation cardiaque. Il le transforme selon sa propre expression en « opéra de paroles » dans lequel la variété des
rythmes et des sonorités de la langue se met au service d’une très grande richesse d’images et de sens. Je compte, par exemple, exploiter musicalement son travail sur les voyelles courtes et sur l’accentuation particulière des consonnes pour le style vocal de certains personnages de l’opéra. Il y a là un immense potentiel musical à explorer qui, à mon sens, s’allierait parfaitement au travail sur l’analogie entre geste d’écriture et comportement sonore.

Je pense également utiliser la voix sous toutes ses formes : chantée, bruitée, parlée, chuchotée et employer des traitements électroniques sur les voix comme des allégories (jalousie, lèpre, amour...). Je prévois également d’utiliser un enregistrement de la voix de Paul Claudel qui arrivera par morphing avec la voix d’un chanteur. Chaque personnage sera porté à chanter d’une façon particulière, représentant de cette façon sa tendance profonde, ou ce que je souhaite souligner chez chacun. Ainsi Mara pourra parfois chanter à l’envers, Violaine jubiler sur certaines voyelles, la voix de Jacques Hury disparaître par filtrage vocal ou électronique, celle de
Pierre de Craon être déformée (lèpre), celle d’Anne Vercors réverbérée (il est orienté vers un point de fuite lointain) ; Élisabeth Vercors présentera une synthèse croisée entre les voix de ses filles (étant tiraillée entre les deux).

Opéra d'Angers (49)

autres dates

Opéra d'Angers (49)

Opéra d'Angers (49)

Opéra d'Angers (49)